• image1

  • image1

  • image1

  • image1

...

Programme 2017

...

 La case !…Case «coustique» ou électrique,

tu nous bouches l’ouïe.

 

Que de barrières, que de tiroirs, que d’envies de délimiter, d’étiqueter, de classifier. La musique en a toujours souffert de ces cases, l’arrivée, il y a quelques années, de quelques ouvertures allait-elle la faire à de plus multiples z’ et nouveaux tympans ? Les années 80 allaient, en effet, ouvrir un premier espoir avec la « découverte » de la « World music qui pouvait faire redecouvrir, parallèlement, la musique trad dont j’étais issu et fier de l’être….  ??? Mais que nenni : rapide déviance vers du world aseptisé, FM et propret. Aïe…Mais que voilà, ensuite…. :Internet. Nouvel espoir, tout le monde va pouvoir enfin, dès l’aube, sous la douche, se goinfrer de musique des esquimaux du Groenland à la place de Pascal Obispo... Et bien non, si la matière musicale est là , et beaucoup plus facile à dénicher par ce biais, cela n’a point empêché, tous les supports (disques, radios, télés, presse,) à mettre toujours en avant des styles déjà répertoriés, des familles musicales bien fermées et les noms éternels. Le tout, plus facile à trifouiller, à diffuser. Pas besoin d’effort pédagogique ou de patience, laissons les sons esquimaux retourner à l’igloo dont ils n’auraient jamais du sortir. Quelle déception que de nouvelles techniques de diffusion aussi énormes aient permis d’écouter tant de choses sans que cela bouscule le système de la sieste musicaleéternelle. Il est donc d’autant plus important que la scène vivante offre aux oreilles d’autres atmosphères, que des festivals comme celui-ci offre des univers musicaux plus divers où les cases se fissurent, les tiroirs fondent et les mélanges sans uniformes puissent hululer sans étiquettes spécifiques

FHL

Avec Pigalle, le mélange, le métissage sont de rigueur , que ce soit les styles du plus rock saturé aux mélodies en forme de complainte, de senteurs arabisantes jusqu’à la valse du faubourg, des banjos bluegrass, à la guitare en picking ou au slide, de la pipa chinoise au dobro, d’histoire de « gens », à des thèmes intemporels, la notion « d’étiquette » est passée au pilon . Une partie de la scène française à l’instar de Pigalle, essaye donc, alors que d’autres pays d’Europe n’ont plus qu’un répertoire américanisé, de garder une démarche originale et sans l’envie d’être répertorié en 3 morceaux et demi. Un évènement porteur comme "Les Guitares Vertes » joue, de fait, un rôle actif dans le panorama musical français, pour aller toucher les publics jusqu’à leur paillasson devant la maison et leur offrir des sons et des ambiances diverses à portée de leur oreilles.

François hadji Lazarro



 

Association "les arts verts", Le clos des enfants, 24800 St Jory de Chalais

SIRET  : 487 703 175 00025 N° licence : DOS201136615